SIE-UEMOA

VUE SUR LE SECTEUR ENERGIQUE À L’INTERNATIONAL

VUE SUR LE SECTEUR ENERGIQUE À L’INTERNATIONAL

« Nous vivons une époque d’incertitude sans précédent pour le secteur énergétique. La demande en énergie va continuer de croître. La pression pour développer et transformer le système énergétique est immense ».

 

Le paysage énergétique en 2050

 

Le paysage énergétique que nous prévoyons pour 2050 sera très différent de celui d’aujourd’hui. Répondre à la demande à venir sera un défi majeur. La population mondiale va passer d’environ 7 milliards en 2014 à environ 8,7 milliards dans le scénario Jazz et 9,4 milliards dans le scénario Symphonie en 2050, ce qui correspond à des augmentations respectives de 26 % et 36 %. Le PIB par habitant va lui aussi augmenter, passant d’un peu plus de 9 000 US$2010 en moyenne en 2010 à environ 23 000 US$2010 dans le scénario Jazz et environ 18 000 US$2010 dans le scénario Symphonie en 2050. Cela représente des augmentations respectives de 153 % et 100 %. La mobilité va également augmenter, le nombre de voitures passant de 124 pour 1 000 habitants en 2010 à 244 dans Jazz et à 193 dans Symphonie en 2050. Ces chiffres correspondent à des augmentations de 98 % et 57 %, respectivement

 

L’offre totale d’énergie primaire

 

Le CME (Conseil Mondial de l’Energie) estime que l’offre totale d’énergie primaire (égale à la consommation) va passer de 546 ExaJoules (152 000 TWh) en 2010 à 879 ExaJoules (244 000 TWh) dans le scénario Jazz et à 696 ExaJoules (193 000 TWh) dans le scénario Symphonie en 2050. Cela correspond à une augmentation de 61 % dans Jazz et 27 % dans Symphonie. A titre de comparaison, de 1990 à 2010 (période qui représente plus  de la moitié du temps couvert par l’étude des scénarios), la consommation mondiale d’énergie primaire a augmenté d’environ 45 % ; on prévoit que la hausse va se poursuivre mais à un rythme plus faible que pendant les décennies passées. Répondre à la demande au niveau mondial et régional sera un vrai défi. Il n’y a pas de solution globale à la question de l’offre énergétique : c’est en traitant individuellement chaque élément du défi que l’on atteindra l’objectif global d’une offre énergétique respectueuse de l’environnement, abordable et sûre pour tous

 

L’efficacité énergétique

 

L’efficacité énergétique va augmenter significativement dans les deux scénarios : l’intensité énergétique primaire, mesurée par la consommation d’énergie par unité de PIB, va décroître de 50 % et de 53 % respectivement dans Jazz et Symphonie d’ici 2050. Quand on s’intéresse à la consommation d’énergie primaire par unité de PIB, pour la même création de valeur, seule la moitié de l’énergie sera nécessaire en 2050. C’est le cas dans les deux scénarios, même si la consommation d’énergie primaire est plus élevée en 2050 dans Jazz que dans Symphonie. Les scénarios énergétiques mondiaux du CME montrent que l’efficacité énergétique et la conservation de l’énergie sont absolument cruciales pour répondre à une demande qui devance l’offre : les deux scénarios nécessitent une modification des priorités du consommateur et ont des implications en termes de coût dans toute l’industrie. Des capitaux seront donc indispensables pour financer les investissements initiaux nécessaires aux mesures d’efficacité énergétique avant qu’elles ne deviennent rentables.

 

Le futur bouquet énergétique primaire

Le futur bouquet énergétique primaire en 2050 montre que ce sont les énergies renouvelables qui connaîtront les taux de croissance les plus élevés. En termes absolus, les énergies fossiles (charbon, pétrole, gaz) resteront dominantes jusqu’en 2050. La part des énergies fossiles en 2050 sera de 77 % dans le scénario Jazz et de 59 % dans le scénario Symphonie, comparé à 79 % en 2010. La part des énergies renouvelables va s’accroître d’environ 15 % en 2010 jusqu’à presque 20 % dans Jazz en 2050 et à près de 30 % dans Symphonie. L’énergie nucléaire représentera environ 4 % de l’offre d’énergie primaire mondiale dans Jazz en 2050 et 1 % dans Symphonie, à comparer à 6 % en 2010.

 

« Entre 19 000 et 26 000 milliards de dollars seront nécessaires en investissement pour la production électrique mondiale d’ici 2050. »

 

Les besoins en investissements pour la production électrique future

De gigantesques investissements en production d’électricité seront nécessaires pour faire face à la demande. Le CME estime que le montant total des investissements nécessaires sera compris entre 19 000 milliards de dollars dans Jazz et 26 000 milliards de dollars dans Symphonie (dollars de 2010) ; ces chiffres représentent le montant des investissements cumulés non actualisés de 2010 à 2050. Selon le scénario, une part de 46 % dans Jazz ou de 70 % dans Symphonie sera investie dans la production d’électricité renouvelable. Les investissements les plus importants sont destinés au solaire photovoltaïque, à l’hydroélectricité et à l’énergie éolienne. Le travail du CME montre clairement que la disponibilité des capitaux pour ces investissements est l’un des points cruciaux qui modèlera le paysage énergétique de 2050

 

« Le niveau global d’accès à l’énergie va augmenter. L’Afrique fait face à des défis majeurs pour accroître l’accès à l’électricité »

 

L’accès à l’énergie

Le taux d’électrification mesurée par la part de l’électricité dans le bouquet d’énergies finales accroît considérablement d’ici 2050. Dans Jazz, ce taux sera de presque 30 % en 2050, dans Symphonie, il sera légèrement supérieur à 30 % alors qu’il était de 17 % en 2010.

En 2050, la consommation d’électricité par tête augmente de 111 % dans Jazz et de 78 % dans Symphonie.

L’accès à l’électricité, mesuré par la part de la population connectée au réseau électrique, augmentera dans les deux scénarios : l’accès à l’énergie en sera amélioré. Si, en 2010, 1,267 milliard de personnes étaient sans accès à l’électricité, en 2050, ce chiffre tombe à 319 millions dans Jazz et à    530 millions dans Symphonie.

 

Pour comprendre et mieux lire les détails sur le secteur de l’énergie à l’international veuillez considérer le lien :

https://www.worldenergy.org/wp-content/uploads/2013/10/Les-scénarios-mondiaux-de-lenergie-a-lhorizon-2050.pdf