SIE-UEMOA

POLITIQUE DE L'EFFICACITE ÉNERGETIQUE AU SEIN DE L'UEMOA

POLITIQUE DE L'EFFICACITE ÉNERGETIQUE AU SEIN DE L'UEMOA

Programme régional d’économie d’énergie : L’UEMOA en quête de textes communautaires pour atteindre l’efficacité énergétique

Faire de l’efficacité énergétique un des leviers du développement socio-économique de la région. Telle est la volonté affichée des Etats membres de la commission de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA). Aussi, compte tenu des conclusions de la Conférence des parties (COP 21), « Entreprendre des actions en vue de maintenir la température du réchauffement climatique sous la limite de 2°C par rapport à l’ère préindustrielle », il s’avère, selonle représentant du Comité national de tutelle et de suivi du Burkina Faso (CNTS), Dr Abdoulaye Sérémé, plus qu’important de mettre en œuvre des initiatives dans le but de maîtriser l’énergie.

Ainsi dit, et reconnaissant le fort impact de l’énergie dans la croissance économique et sociale d’un pays, il n’a pas manqué de remercier l’Organisation internationale de la francophonie (OIF) pour son engagement à accompagner les pays de l’UEMOA dans les efforts de réduction énergétique et de réduction de la pollution de l’environnement.

Le chargé de mission, représentant le commissaire du département de développement de l’entreprise, de l’énergie, des mines et de l’économie numérique à l’UEMOA, Roger Hounkanrin, estime qu’en matière d’énergie électrique, il ne faut pas se contenter d’investir dans la production d’équipements, mais utiliser de façon rationnelle l’énergie qui est produite.
Il dit alors attendre des participants réunis au présent atelier, la validation des avant-projets de textes communautaires sur l’efficacité énergétique, initiative régionale pour l’énergie durable ; la validation des deux textes communautaires qui font l’objet dudit atelier que sont l’étiquetage des appareils électroménagers et le code d’efficacité énergétique des bâtiments neufs.

L’étiquetage des appareils électro-ménagers, selon le chargé de mission, vise à faire de telle sorte que tous les appareils électroménagers qui seront importés dans l’espace UEMOA soient de type éco-énergie.
Pour le second texte, l’intention est d’encadrer la construction des bâtiments de sorte qu’ils consomment moins d’énergie. Après cette étape de validation, « les textes vont suivre la procédure normale de passage au niveau du conseil des ministres pour leur application au sein des Etats membres », a-t-il en outre fait savoir :

 

Mamadou Koné, représentant le directeur de l’Institut de la francophonie pour le développement durable (IFDD), est convaincu que les objectifs d’accès universel à l’énergie durable ne seront pas atteints à l’horizon 2030 sans les énergies renouvelables, l’efficacité énergétique, et sans une certaine harmonisation du marché communautaire.
De fait, il invite experts et professionnels, à exploiter leur position unique de visibilité sur l’ensemble des initiatives des pays membres, à se parler et à animer les écosystèmes nationaux de l’efficacité énergétique. Ceci, à l’effet de faciliter les nécessaires synergies nationale et régionale, à travers une transposition réussie des outils normatifs et règlementaires régionaux.

Description : http://img0.lefaso.net/local/cache-vignettes/L500xH331/dsc_0218-2-6d8a9.jpg?1536583192

 

 

Utilisation des énergies renouvelables : L’Uemoa se fixe un objectif de 82% d’ici 2030

La Commission de l’Union économique et monétaire ouest africaine (Uemoa) accorde une grande importance au développement des énergies renouvelables dans son espace. C’est en ce sens qu’elle vise à faire en sorte que d’ici 2030, 82% de l’énergie produite dans les 8 pays de cet espace communautaire soient de l’énergie renouvelable.
Lors d’une visite des installations de lampadaires solaires installés dans la ville de Cotonou dont le projet a été financé par l’Uemoa, il a été noté l’impact positif de l’utilisation des énergies renouvelables. Selon Roger Houn­kanrin, directeur de l’Energie, des télécommunications et des Tics à la Commission de l’Ue­moa, «l’intérêt de ce projet pour les populations est énorme». D’après lui, l’utilisation de ces énergies renouvelables contribue à réduire de 80% la facture d’électricité. De même, elle contribue à régler les problèmes d’insécurité et a un impact positif sur l’éducation et les activités génératrices de revenue des riverains.
Lors de cette visite, M. Hounkanrin a aussi fait savoir que l’Uemoa est en train de développer plusieurs autres projets pour le développement des énergies renouvelables.
En outre, il a annoncé un ensemble de mesures qui vont être prises au sein de cette espace pour l’efficacité énergétique. L’un des projets consiste à mettre en place une directive concernant l’étiquetage des équipements. «Nous avons un projet pour qu’au niveau des pays, les équipements électroménagers qui vont entrer dans l’espace soient étiquetés. C’est-à-dire vérifier que la puissance de ces équipements est normalisée. Nous voyons par exemple des réfrigérateurs ou des climatiseurs venus d’Europe qui consomment énormément, nous voulons éviter tout cela.
A la fin du projet, nous allons faire sortir une directive qui sera appliquée par les pays pour que les appareils importés dans l’espace Uemoa soient étiquetés et que la puissance soit indiquée», a expliqué le directeur de l’Energie à la commission. Dans la même veine, M. Hounkanrin a annoncé une autre directive qui consiste à faire en sorte que les nouveaux bâtiments qui seront construits consomment moins d’énergie. Dans le cadre de cette politique, l’Uemoa mise sur l’utilisation des lampes à basse consommation. A en croire le directeur de l’Energie au sein de cette institution, l’utilisation des lampes à basse consommation «permet de réduire de 80% la facture énergétique».
« Au sein de la commission, nous avons un projet qui permet de diffuser les lampes à basse consommation. Ce projet nous a coûté 4 milliards de francs Cfa», a-t-il dit

 

Les actions de l’UEMOA en matière d’adaptation aux changements climatiques

Veuillez lire les détails de ce article sur le lien ci-après : https://www.oecd.org/fr/csao/publications/BULLETIN%20D%27INFORMATION_ELECTRONIQUE.pdf